- Dernière mise à jour : 13/02/2013

Les moteurs de recherche en Chine

Après une croissance fulgurante en matière de technologie et avec ses 350 millions d’internautes, chiffre en constante augmentation, la Chine est désormais le plus grand marché mondial pour internet.

Comme chacun le sait, la République Populaire de Chine n’est pas un exemple de démocratie, les droits de l’Homme y sont souvent bafoués mais également le droit à l’information, notamment sur le web où le gouvernement chinois contrôle le contenu et la censure principalement via :

- un filtrage des sites web via son pare-feu : la Grande Muraille pare-feu de Chine, qui bloque les contenus en empêchant certaines adresses IP de sites indésirables d’être routées (ainsi l’internaute qui demande le site a l’impression que ce dernier ne répond pas ou est saturé)
- avec l’aide des moteurs de recherche qui interdisent la recherche de certains mots.

Les moteurs de recherche soumis à la censure

Plusieurs sujets sont soumis à la censure, on peut citer notamment:

- l’indépendance du Tibet et les actions du Dalaï Lama
- l’indépendance des Ouïghours
- l’indépendance de Taïwan
- le massacre de la place Tian Anmen
- les manifestations pro-démocratiques
- le site de reporters sans frontières
- le site de wikipedia

Pour une histoire de gros-sous et dans le but d’acquérir une part de marché importante, les plus grands moteurs de recherche se plient face aux exigences du géant chinois.

Les moteurs de recherche comme Google subissent la censure en Chine.Le moteur de recherche Google et la Chine

En 2006, afin de pouvoir s’implanter en Chine, le célèbre moteur de recherche accepte la censure imposée par le gouvernement chinois.
Google expliquera par la suite la décision de brider son moteur par l’application des lois locales.
Une recherche d’images sur Google.cn du mot clé « Tian Anmen » affichait des résultats d’images de familles heureuses et de monuments tandis qu’en Europe sont affichés des résultats d’images de chars de guerre, d’émeutes et bien sûr de la célèbre place.

Cependant, le 12 janvier 2010, une attaque pirate massive a été lancée à partir de la Chine et visant notamment les comptes Gmail du moteur de recherche dans le but de voler le contenu des mails de militants des droits de l’Homme et exilés.
Cette affaire, malgré l’application des lois chinoises, a prit la tournure d’un incident diplomatique.
Google menacera de ne plus appliquer de censure tout en reconnaissant que cette décision la contraindrait à quitter le marché chinois.

Depuis cette date, Google.cn n’est plus accessible, il est redirigé vers Google.com.hk, version Hong-Kongaise du moteur de recherche, qui elle, n’est pas soumise aux mêmes demandes de censure qu’en Chine.

Les moteurs de recherche comme Yahoo subissent la censure en Chine.Le moteur de recherche Yahoo et la Chine

Yahoo bride également son moteur de recherche en Chine, les recherches « sensibles » affichent des résultats approuvés par le gouvernement chinois.

En 2007, la Chine, avec l’aide de Yahoo, condamne le journaliste Shi Tao à 10 ans de réclusion criminelle. Yahoo avait en effet livré aux autorités chinoises des informations ainsi que l’adresse IP du journaliste.
Malheureusement, le cas Shi Tao, n’est pas un cas isolé. Yahoo est accusé par la World Organization for Human Rights d’avoir fourni au gouvernement chinois des informations privées de cyber-activistes opposés au régime en place.                                                                                   
                                                                                                                                                                                                                          (Source : chinafiles.com)

 

Les moteurs de recherche comme Bing subissent la censure en Chine.Le moteur de recherche Bing et la Chine

Le nouveau moteur de recherche de Microsoft fait malheureusement aussi partie des sociétés étrangères qui pratiquent la censure en Chine et collaborent avec les autorités chinoises.

Le seul moyen de contourner la censure chinoise est de se connecter à des serveurs proxy étrangers, les plus jeunes qui sont pratiquement « nés » avec un clavier au bout des doigts, peuvent utiliser ce système très facilement, à l’inverse de la majorité de la population.

 

(Source : referencement-1ere-page.com)





Par : Philippe Wansart


Web Visibility vous tient régulièrement informé de l'actualité des moteurs de recherche de l'internet.


© 2017 Web-Visibility | N° d'entreprise: BE0652.467.827 RPM Namur | Google+