- Dernière mise à jour : 01/05/2015

En 2010, le cybersquatting a atteint un niveau record avec plus de 2000 plaintes enregistrées auprès de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), rapporte l'institution spécialisée des Nations Unies.

D'après les chiffres publiés par l'OMPI, les propriétaires de marques ont déposé 2696 plaintes pour cybersquatting portant sur 4370 noms de domaine, soit une augmentation de 28% par rapport à 2009.

Les domaines d'activité les plus touchés sont les secteurs du commerce de détail (9,67%), de la banque et des finances (9,31%) ainsi que de la biotechnologie et des produits pharmaceutiques (9,26%). Paradoxalement, les articles de luxe, souvent victimes de contrefaçon, ne représentent que 1,49% des plaintes.

Parmi les marques victimes de cybersquatting en 2010, on retrouve notamment BNP Paribas, Crédit Mutuel, IKEA, Carrefour, Bayer, BMW, Ferrari, Calvin Klein, Coca-Cola, CNN, FIFA, Red Bull, Christian Dior, Chanel ou encore Nintendo.

Depuis quelques années, le cybersquatting est activement combattu par l'OMPI car cette pratique, en plus d'affecter le référencement d'un site, peut causer de nombreux préjudices à une entreprise, comme l'atteinte à l'image d'une marque ou d'un produit, le détournement d'audience ou la concurrence déloyale.

Depuis décembre 1999, le Centre d’arbitrage et de médiation de l’OMPI a été saisi de plus de 20 000 litiges portant sur 35 000 noms de domaine. Dans 91% des cas, les enquêtes ont conclu à l’existence de cybersquatting et ont donné raison aux plaignants.

Le cybersquatting de noms de domaine touche de nombreux secteurs

Secteurs d'activité touchés par le cybersquatting de noms de domaine (source: OMPI)





Par : Philippe Wansart


Web Visibility s'occupe de la réservation de votre nom de domaine.


© 2017 Web-Visibility | N° d'entreprise: BE0652.467.827 RPM Namur | Google+