- Dernière mise à jour : 01/05/2015

Des milliers d'internautes français victimes de phishingDepuis le début du mois d'avril, une vague d'emails frauduleux usurpant l'identité de l'opérateur Orange déferle sur la toile, explique le quotidien français Le Figaro.

Cette technique frauduleuse, appelée "phishing" ou "hameçonnage", consiste à récupérer des données confidentielles ou bancaires par l'envoi d'emails semblant provenir d'une banque, d'un fournisseur d'accès ou d'un opérateur en télécommunication.

«Nous estimons à plusieurs milliers le nombre d'internautes destinataires de ces courriels», affirme Philippe Ollin, au département d'investigation Internet auprès la division de lutte contre la cybercriminalité.

En moyenne, on estime que les auteurs d'opérations de phishing effectuent des dépenses comprises entre 70 et 100 euros par carte bancaire, afin de ne pas alerter les banques. Mais c'est surtout la revente de numéros et de codes de cartes de crédit qui intéresse les escrocs. En effet, la revente de ce type de données peut se monnayer autour de 300 euros les dix numéros, tandis que les codes peuvent être revendus en parallèle à une vingtaine d'acheteurs.

Les opérations de phishing sont souvent envoyées à partir de serveurs étrangers, ce qui rend toute poursuite extrêmement difficile. A titre d'exemple, selon le site phishing.fr, la précédente opération de phishing d'Orange avait été envoyée à partir d'un serveur basé à Taiwan.

Face à ce type d'escroquerie, la vigilance est de mise. En effet, certaines incohérences peuvent attirer l'attention de l'internaute telles que les fautes d'orthographe ou encore un logo non conforme à celui de la firme présumée.

Si vous suspectez un email d'être du phishing, il est toujours préférable de contacter la société en question avant de transmettre une quelconque donnée bancaire.





Par : Philippe Wansart


Avec Web Visibility, apprenez à vous protéger du phishing.


© 2017 Web-Visibility | N° d'entreprise: BE0652.467.827 RPM Namur | Google+