Selon le Wall Street Journal, Google aurait chargé sa filière satellite O3b Networks Ltd (alias « The other 3 billions » = « les autres 3 milliards qui ne sont pas encore connectés ») de couvrir les zones encore vierges d’Internet. Un rapport des Nations Unies estime en effet que plus de la moitié de la population n’a pas accès à une connexion internet. Afin d’y remédier, Google lance son projet : envoyer 180 satellites de basse altitude pour diffuser la connexion. Pour y parvenir, le géant s’en donne les moyens en rachetant deux entreprises de satellites : Titan Aerospace et Skybox. Depuis l’an dernier, il expérimente également ses ballons satellites « Loon ».

 

 

L’Afrique comme cible privilégiée

Un défi de taille au vu de la situation africaine, qui, en termes de connexion, évolue très rapidement et différemment que sur d’autres continents. En effet, en Afrique, l’accès internet passe très peu par l’ADSL en raison de son coût exorbitant et des structures inadaptées : la connexion filaire a été ignorée par les populations mais aussi par les opérateurs. Son relais essentiel est le mobile ou la tablette, surtout en raison de son prix. L’ambition de Google de fournir internet via une connexion sans fil correspondrait donc bien à la situation, dépasserait le problème des infrastructures et s’appuierait sur l’importance du mobile dans les pays tels que la Côte-d’Ivoire.

 

Cependant, la stratégie de Google reste actuellement floue,  bien qu’il ait également compris la difficulté de se passer des télécoms locaux. Il a d’ailleurs privilégié la location de ses services lors de ses dernières expérimentations avec les ballons Loon. Ces ballons perchés à 20 000m d’altitude, fournissent une connexion équivalente à la 3G pour de nombreuses zones blanches. Cela facilite la coopération avec les entreprises de télécoms nationales, dont les trois plus importantes sont Orange, Tigo, et Expresso. La faible qualité des services actuels rend le projet de Google très attractif, mais certains sont presque cyniques quant aux véritables intentions commerciales du géant. Par exemple Bacely Yorobi, CEO de SocialSpot (start-up de social media) et représentant Mozilla à la Côte-d’Ivoire, est convaincu que d’ici 10 ans, Google sera un grossiste qui revendra de la bande passante aux opérateurs, avant de devenir lui-même un opérateur.

 

Le potentiel de croissance de l’Afrique dans les nouvelles technologies est exceptionnel, ce que n’ont pas tardé à comprendre les entreprises de nouvelles technologies justement. Microsoft a, par exemple, réussi son insertion sur le marché africain, bénéficiant de 14 bureaux dans 14 pays africains, ce qui représente environ 10 000 partenaires sur le continent. Google ne pourrait donc pas de passer à côté d’un tel marché…

 

Source image : Le nouvel observateur





Par : Philippe Wansart


Web Visibility propose une solution Internet complète au service de votre visibilité.


© 2017 Web-Visibility | N° d'entreprise: BE0652.467.827 RPM Namur | Google+